En route pour le bout du monde : Tortuguero

La route jusqu’à Tortuguero, c’est déjà un voyage en soi.

Dès Cariari, une petite ville située entre Guapiles et le débarcadère de La Pavona, on change de paysage et l’humidité se fait déjà ressentir.

La région de Tortuguero est souvent victime de son climat et il n’est pas rare que le chemin soit abîmé dû aux fortes pluies. Cependant, en ce juillet 2018, nous avons pu constater que la route était en train d’être refaite pour troquer ses quelques chemins de graviers et chaussées à trous pour des voies plus facilement praticables.

Faites tout de même attention où vous mettez les roues, au risque de vous prendre un “muerto” (ralentisseur) de plein fouet. Les dos d’ânes ticos ne sont pas tendres et sont parfois compliqués à voir.

Difficile de rester concentré sur la route quand on ne sait plus où donner de la tête!
Entre petits ruisseaux, champs de vaches et culture de bananes, le dépaysement commence et vous n’êtes pas encore arrivés.

Si vous voyagez en voiture individuelle, lorsque vous arriverez à La Pavona, vous serez invités à garer votre véhicule sur le parking surveillé (10$ par jour) et payer vos tickets de transports publics (5$ par personne par trajet) s’ils ne sont pas inclus avec votre logement.

Les horaires des bâteaux publics (7h30, 11h00, 13h00 et 16h30) bien que fixes, peuvent être sujets à des modifications dues aux intempéries.

Lors qu’arrive l’heure de prendre le bateau, on embarque pour environ 1h15 de trajet au cœur des mangroves qui nous annonce la couleur. Avec un peu de chance, on peut apercevoir un crocodile, un toucan, un singe ou un iguane avant même notre arrivée dans le parc.

Quand les virages en bateau cessent, c’est un sentiment de soulagement puis d’émerveillement. On arrive sur une gigantesque intersection où le nom de La Petite Amazonie donnée à Tortuguero prend tout son sens. On suit le panneau qui indique “Rio de la Suerte”, la rivière de la chance, et nous emmène tout droit au Rio Tortuguero puis dans les canaux du parc national.

La route jusqu’à Tortuguero, c’est déjà un voyage en soi.

Pour plus d’infos pratiques consultez la fiche du parc national Tortuguero.

Étudiante française, je suis récemment arrivée au Costa Rica dans le but d’y effectuer un stage dans un réceptif de voyage français.
Pendant les six prochains mois, je serais amenée à vivre ma vie à la Costa Ricaine dans la ville de San Joaquin de Flores, localisée à 15km de la capitale San José. À travers des articles sur différents thèmes, je vous emmène dans mon quotidien d’expatriée.